Wilma Rudolph

« Ne sous-estimez pas la puissance des rêves et l’influence de l’esprit humain. Nous sommes tous pareils dans ce concept : Le potentiel pour la grandeur vit en chacun de nous »

Cette femme qui a su changer son destin

Wilma Glodean Rudolph est née prématurément le 23 juin 1940 à Saint Bethléem, dans le Tennessee. Elle est la vingtième enfant d’une famille de vingt-deux enfants, fille d’un porteur de bagages de la gare locale et d’une domestique.

Une vie bouleversée

L’histoire de Wilma Rudolph est avant tout une incommensurable leçon de résistance de chocs traumatiques, de solidarité et d’amour. A 4 ans, Wilma est victime d’une poliomyélite, de double pneumonie et de scarlatine, elle avait des problèmes de jambe gauche qui l’a forcé à porter un corset. C’est avec une grande détermination et l’aide de la physiothérapie qu’elle pu venir à bout de ses handicaps.

La médecine l’avait déjà condamnée à ne plus jamais retrouver l’usage de sa jambe gauche, elle n’a plus de force dans sa jambe et son pied. Nous sommes en 1944. Néanmoins l’amour inconditionnel de sa famille et son exceptionnelle volonté vont aider Wilma , une petite fille que rien ne prédestinait à embrasser un destin extraordinaire. « Mes médecins me disaient que je ne marcherais plus jamais, expliquait-elle. Elle parvient alors à remarcher, jusqu’à devenir une légende injustement oubliée.

Un parcours de combattante

À l’âge de six ans, Wilma commence alors à sauter sur une jambe. 

À huit ans, elle se déplace avec un corset puis c’est à l’âge de 11 ans qu’elle commence à s’intéresser au basket-ball. Rudolph s’intéresse tout naturellement au sport pour devenir une athlète inée. Elle sera nommée All-American Basketball au lycée. Cependant, c’est après une rencontre inattendue avec un entraîneur universitaire qu’elle se tourne vers l’athlétisme.

A l’âge de 16 ans alors qu’elle est encore au lycée, Rudolph elle participa aux Jeux olympiques de 1956 à Melbourne, en Australie et a remporté une médaille de bronze au relais 4×100 mètres étant la plus jeune membre de l’équipe américaine d’athlétisme.

Quatre ans plus tard, Wilma tenta sa chance aux Jeux olympiques d’été de 1960 déterminée à remporter une médaille d’or. Sa performance à Rome a fait d’elle l’une des plus grandes athlètes du XXe siècle et l’a fera connaitre mondialement. Du haut de ses 1,80mètres, de ses jambes interminables et de sa grâce, elle sera surnommée « la gazelle noire » par la presse italienne durant les JO. Elle remporte trois médailles d’or et bat pour la première fois trois records du monde. Rudolph est devenu la première femme américaine à remporter trois médailles d’or en athlétisme au même match olympique. Cette performance lui vaudra également le titre de «femme la plus rapide du monde».

Malgré une enfance fragile et souffrante, Wilma sera à l’orée de ses vingt ans, une athlète accomplie en devenant une pionnière afro-américaine et championne d’athlétisme.


MARK KAUFFMAN
[Wilma Rudolph, 20 ans, gagnant du 100 mètres en 11 secondes et médaillée d'or aux Jeux olympiques d'été
MARK KAUFFMAN
[Wilma Rudolph, 20 ans, gagnant du 100 mètres en 11 secondes et médaillée d’or aux Jeux olympiques d’été

Une fin de carrière dans l’ombre mais enfin reconnue!

Peu après ses médaille, Wilma se retira de la compétition pour devenir enseignante et entraineur.

Son histoire admirable sera partagée dans son autobiographie en 1977 puis a été transformée en film télévisé plus tard la même année. Dans les années 1980, elle a été introduite au Temple de la renommée olympique des États-Unis et a créé la Fondation Wilma Rudolph pour promouvoir le sport amateur.

Une véritable leçon de vie

Notre action est de nous souvenir de Wilma comme étant l’une des femmes les plus rapides en piste et une véritable source d’inspiration et de courage pour des générations d’athlètes. Elle déclara un jour: « Gagner, c’est bien, mais si vous voulez vraiment faire quelque chose dans la vie, le secret est d’apprendre à perdre. Personne ne passe toujours sans défaite. Si vous pouvez jouer après une défaite écrasante, pour gagner à nouveau, vous allez devenir un jour champion. «  En 2004, le service postal des États-Unis a rendu hommage à la championne olympique en présentant son portrait sur un timbre de 23 cents.

Malgré une société en constante évolution mais à une époque où la question des droits civiques est controversée, Wilma Rudolph devient une ambassadrice rêvée de la cause afro-américaine« Vous grandissez en voyant et entendant toutes ces injustices… Bien souvent, ces cicatrices profondes ne guérissent pas », confiera-t-elle plus tard. A Clarksville, ville où la ségrégation est plus qu’un sujet complexe, elle s’activera à changer la donne.

Elle est décédée le 12 novembre 1994 à Brentwood (Tennessee) après avoir perdu son combat contre le cancer du cerveau.