Chimamanda Ngozi Adichie

Photography Heather Hazzan

« J’ai donc décidé d’être désormais une Féministe Africaine Heureuse qui ne déteste pas les hommes, qui aime mettre du brillant à lèvres et des talons hauts pour son plaisir, non pour séduire les hommes. »

Le destin fait bien les choses…

Chimamanda Ngozi Adichie a vu le jour le 15 septembre 1977 au Nigéria dans l’État d’Anambra où elle est originaire d’Abba, issue du peuple Igbo, groupe ethnique originaire du centre-sud et du sud-est du Nigeria.

Sa famille d’Igbo fait partie de la classe moyenne à Enugu. Elle hérita d’un bel héritage celui de l’éducation de sa mère qui est reconnue comme étant la première femme registraire à l’Université du Nigéria, alors que son père était professeur de statistiques dans le même établissement. Adichie est la cinquième d’une tribu de six enfants, elle nous avouera avoir eue «une enfance très heureuse, pleine de rire et d’amour, dans une famille très unie».

Néanmoins au vu de l’éducation de ses parents, Adichie subit non seulement la pression des attentes familiales mais aussi sociales. Elle débuta ses études à l’Université du Nigéria, Nsukka dans le domaine de la médecine. Malgré la pression familiale elle décida d’écouter ses ambitions en tant qu’écrivain et délaissa ses études en médecine.

En 1997 elle s’envole aux Etats-Unis pour étudier la communication et les sciences politiques à la Eastern Connecticut State University. A partir du premier jour, elle prit conscience de la banalité des propos raciaux qui pouvaient venir à son encontre aux Etat-Unis ou de celui d’un simple individu venant du continent africain. Pendant son parcours universitaire elle partagea son temps entre le Nigéria et les États-Unis, Adichie sera diplômée d’une maîtrise en création littéraire de l’Université Johns Hopkins et profitera durant ses années d’études pour s’instruire sur l’histoire africaine à l’Université de Yalea.

Une romancière et militante féministe

Elle a commencé à écrire très jeune, vorace de livres depuis l’âge de 10 ans, elle compris que les gens comme « elle » pouvait exister à travers des livres…

Adichie mène une lutte contre l’image des Africains telle que décrite par les médias occidentaux. Elle défend sa vision du monde à travers son écriture en tant que Nigérienne riche et éduquée. Elle démontre son travail à travers sa plume d’écriture. Elle se montre étant une féministe passionnée, fougueuse car souvent critiquée pour son éloignement du continent Africain. Ses oeuvres lui permettent de lutter contre la misogynie et la condescendance auxquelles elle a été confrontée en tant que femme africaine dans la confrérie littéraire internationale.

Reconnue parmi les 100 personnes les plus influentes par le Time Magazine, Adichie est connue pour être une féministe et à donner la parole aux personnes d’origine africaine vivant en Amérique et sur d’autres continents. Ses oeuvres littéraires ou proses discutent de la guerre civile nigériane et sur des états de conflits dans de nombreuses populations et seront de véritables best-sellers.

Une carrière honorifique

Cet écrivain chevronné a reçu de nombreux prix internationaux qui marquent sa réussite littéraire.

Pour ne citer que quelques-uns de ces prix, elle remporta le «Prix O Henry» pour la nouvelle «The Embassy Embassy» en 2003, le «Prix des écrivains du Commonwealth: Meilleur premier livre» pour son roman «Purple Hibiscus» en 2005, Reader’s Digest ‘ Auteur de l’année en 2008 et «Prix du Cercle des critiques de livres nationaux: catégorie fiction» pour son livre «Americanah».

En plus d’être une romancière de renommée internationale qui peut se vanter d’avoir été inscrite sur la liste «lectures d’été» de Barack Obama grâce à Americanah, sa prise de parole sur «Le danger d’une histoire unique» est l’une des conférences les plus populaires. Pour couronner le tout, elle a été référencée par l’icône de la pop Beyonce dans sa chanson Flawless.

La romancière a obtenu un honneur lors de la cérémonie de remise des diplômes de SOAS University à Londres en 2018. Elle déclara aux étudiants:

«Vous avez maintenant les connaissances nécessaires pour vous permettre de mettre le feu au monde. Donc, peu importe la façon dont vous voulez faire cela, ne laissez jamais personne vous dire de ne pas essayer de changer quelque chose, car cela a toujours été ainsi. Chaque structure politique, économique et sociale que nous avons dans le monde aujourd’hui a été créée par des personnes et peut être recréée par des personnes. « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s